Que risque-t-on sans assurance habitation ?

Que risque-t-on sans assurance habitation ?

L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) comptait 157 996 cas de cambriolage de 2012 à 2013. Néanmoins, ce phénomène ne représente qu'une infime partie des risques des sinistres habitations. Alors, quels sont les dangers encourus sans assurance habitation ?

L'expulsion pour les locataires

Faute d'assurance habitation du locataire, son bailleur est en plein droit de résilier son contrat de bail. Ainsi, le propriétaire a la possibilité d'engager les procédures d'expulsion voire de solliciter l'intervention de la justice en cas de besoin. D'ailleurs, la loi du 6 juillet correspondant aux rapports locatifs contraint les locataires de justifier la souscription à une assurance via une attestation de couverture au propriétaire. Évidemment, il s'agit d'une obligation avant de bénéficier du logement.

Par ailleurs, la validation des démarches d'expulsion réclame une annulation du contrat de bail. Pour ce faire, le bailleur envoie un commandement rédigé par un huissier de justice. Ce document somme le locataire d'exposer un justificatif d'assurance dans un délai d'un mois. Les démarches sont annulées si le locataire accepte les contraintes. Autrement, l'affaire est présentée devant le tribunal d'instance. De plus, l'annulation du contrat de location est validée après l'audience. Vient ensuite l'expulsion du locataire.

La prise en charge des dommages pour les sinistrés

Un logement non couvert ne mérite aucune indemnisation. En effet, en cas de sinistre, la totalité des frais de dommage est à la charge du propriétaire si le domicile sinistré n'est pas assuré. Néanmoins, aucune loi n'impose le propriétaire à souscrire un contrat d'assurance logement. Cependant, une MRH reste indispensable pour tous les usagers. Effectivement, cette couverture rembourse totalement ou partiellement les coûts des dommages subis par l'habitation suite à un évènement sinistre.

De plus, en cas de dégâts des eaux ou d'autres sinistres causés par un tiers non assuré, la responsabilité relève de leur personne. Par conséquent, le versement des frais de dommage est adressé aux responsables. Pour l'indemnisation, la victime avise son propriétaire si elle est locataire. Si le préjudice a lieu dans une partie commune, le syndic de copropriété doit aussi être tenu au courant. Dans ce cas, le remboursement appartient à la garantie responsabilité civile collective.

Ce qu'il faut faire

Une assurance habitation est plus qu'une nécessité, c'est une obligation pour le locataire. Concernant le propriétaire, son logement se doit également d'être assuré contre les imprévus. Du reste, l'assurance MRH couvre non seulement le patrimoine immobilier, mais également le patrimoine mobilier. D'ailleurs, la clause de couverture habitation anticipe les éventuels dommages occasionnés à l'intérieur du domicile ou à un tiers. Aussi, une extension reste possible afin d'élargir le champ d'intervention de l'assurance.

En vue de s'assurer parfaitement, le souscripteur est tenu d'estimer ses réels besoins et d'évaluer son capital mobilier. En effet, ces opérations accélèrent les processus de couverture et offrent un gain de temps considérable. Aussi, le recours aux comparateurs d'assurance s'avère d'une grande utilité. Effectivement, ces prestataires offrent une liste de devis, des garanties incluses en seulement quelques minutes. De surcroît, leurs services restent libres et sans aucune forme engagement.